Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai toujours aimé la musique baroque. Et si je m'en souviens bien, j'ai du en jouer, quelques petites "pièces faciles" de J.Ph. Rameau, au piano. Il y a bien longtemps ! Pourtant, je dois dire que je ne connais pas si  bien ce compositeur, pourtant emblématique de la Musique Française. Alors, je le redécouvre aujourd'hui, ou mieux, je le découvre vraiment. Et je dois dire que cette musique est extraordinaire. D'une inventivité fantastique, d'une liberté assez inouïe. D'une sensualité que ne laisserait guère invoquer les portraits du musicien, bien austère sous ses perruques poussièreuses du Grand Siècle ! 

Une version originale de la célèbre scène des Sauvages, extraite des Indes Galantes

Et une petite explication de texte

Une autre mise en scène du Grand Calumet de la Paix

 

Au piano

 

Je crois faire de moins en moins de rupture entre la musique baroque, et la musique contemporaine. Même si j'adore le romantisme, je dois dire que parfois le pathos me pèse. Naturellement, Beethoven, Schumann, Schubert... Chopin, et tant d'autres pour n'évoquer ici que les musiciens, tant d'autres continueront toujours à m'être si présents. Mais la musique baroque me semble quelque-part plus libre, moins écrasée sous le culte du moi, si propre au romantislme et qui en a fait en quelque sorte "la marque de fabrique". La musique contemporaine s'est affranchie, du moins dans son expression la plus libérée, de toutes contraintes d'écriture, de style et de forme. Elle a su laisser libre accès à l'expérimentation, à la recherche, parfois pour le meilleur, et parfois pour le pire ! Mais n'en a t-il jamais été autrement ? Libéré de ses obligations d'école et d'autres dogmes, l'art ne peut-il pas aller ainsi, dans l'apprentissage permanent de sa liberté, sa vraie nature ?

Nous revenant hier au soir tombant de Fontainebleau, par les chemins de Moret sur Loing, Vernou La Celle, et puis Pamfou, le Châtelet en Brie, Chartrettes, pour enfin toucher Melun, nous en revenant donc, j'écoutais avec bonheur sur France Musique une sorte de Master Class, donnée alors par la grande Cathy Berberian, autour d'une oeuvre emblématique de la musique moderne, qui lui est d'ailleurs dédicacée, l'Aria de John Cage. Cette extraordinaire composition ne me semble de fait pas si lointaine que ça des grandes inventions baroques, tant elle explore et s'affranchit. 

En voici une lecture, parmi d'autres

 

 

John Cage - September 5, 1912 – August 12, 1992)

John Cage - September 5, 1912 – August 12, 1992)

Tag(s) : #@ propos

Partager cet article

Repost 0