Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

10003_afficheinconnu.jpg

 

"Inconnu à cette adresse est le premier livre de Kathrine Kressmann Taylor, écrit sous le nom de Kressmann Taylor, publié pour la première fois dans sa version intégrale dans Story Magazine en 1938 aux États-Unis, soit un an avant que n’éclate la Seconde Guerre mondiale.

Il prend la forme d'une correspondance épistolaire fictive étalée du 12 novembre 1932 au 3 mars 1934 entre deux amis, Martin Schulse, 40 ans, marié et père de trois garçons, et Max Eisenstein, 40 ans, célibataire, associés de longue date dans une affaire prospère de commerce de tableaux à San Francisco, la Galerie Schulse-Eisenstein. Martin est allemand, Max est un Américain ayant fait des études en Allemagne d'origine juive retourné vivre en Amérique."

Puissante adaptation théâtrale offerte aujourd'hui à Melun, à l'espace saint-jean. Très beau texte et superbe présence des comédiens. J'ai aussi été très sensible à l'attention des collégiens présents dans la salle. Pas un bruit. Une vraie écoute. Un véritable travail de préparation, en classe, n'y est sans doute pas étranger. Merci aux enseignants qui oeuvrent ainsi dans la vraie culture de la Connaissance, de la Passation du Savoir. Quel beau Métier. C'est comme "donner la main" et transmettre la vibration du Coeur.
La Connaissance, ce n'est pas seulement le Savoir, c'est aussi l'émotion. C'est ainsi, l'art. La Science. Oui, je crois qu'une belle asymptote est aussi porteuse d'émotion. Une pure Intégrale... Souvenirs...
Je me souviens de la première fois que j'ai vu "Nuits et Brouillards", je crois que j'étais en Seconde. Je connaissais pourtant bien sommairement le temps de cette sinistre aventure du pouvoir. Mon père a passé 5 ans dans les Camps de Prisonniers du Reich. Mon Cousin fut un membre actif de la Résistance en Vercors. Mon beau-père fut FFI... Ma mère allait aider à Villeneuve Saint-Georges les blessés des bombardements américains, ou de la Royal Air Force, en 1943/44... Néanmoins, ce film emblématique m'a tant marqué que j'ai depuis regardé des centaines de documentaires, films, entretiens, commentaires, lu... écouté...
et je n'ai toujours pas compris. Comment comprendre! Comment ce peuple héritier de Beethoven, de Bach, de Schiller et de Goethe, de Novalis et de Schubert... de Wagner ( Oui, je suis un admirateur de la Musique de Wagner... ) Comment ce peuple a t-il pu engendrer par son adhésion électorale, et puis idéologique, comment ce peuple a t-il pu donner vie à une telle monstruosité. Je n'ai jamais trouvé réponse à cette question.
Alors j'ai juste envie de citer ces vers, d'un poète - DI 83 - 2ème Classe - qui en 1939 écrivait:
"Des êtres maintenant pleurent sur une terre étrangère,
Pleurent de désespoir et de douleur;
Des êtres, maintenant, plongent dans le fleuve impassible
Plongent dans le fleuve pour mourir et se délivrer;
Des êtres maintenant ont perdu cette lumière sacrée,
Cette lumière merveilleuse qu'est la liberté.
La voix athée maintenant, leur a barré l'avenir de ses longs bras funestes
la voix du mensonge et de la mauvaise foi,
Et quelques hommes, maintenant, croient pouvoir disposer d'eux-tous;
Quelques hommes qui flamboient sur le volcan du monde,
Quelques hommes funèbres, dont la mort et la cendre emplissent les deux mains."
André Sylvain

Cité par Pierre Seghers, dans "La Résistance et ses Poètes". 1974

Pierre Seghers qui écrit, en épigraphe:
"Jeunes gens qui me lirez, peut-être, pensez-y!
les bûchers ne sont jamais éteints et le feu,
pour vous, peut reprendre..."

 



Tag(s) : #@ propos

Partager cet article

Repost 0