Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[ Juste ]
de quelque chanson d’elle...

Prends-moi telle que ma mère m’a faite dans une nuit d’amour lointaine,
et si je te plais ainsi n’oublie pas de me le dire.
Chansons de Bilitis N° 10

 

I

Ta ligne trace les portées
de ma [re][co][n]naissance
Ta ligne d’e[n]vie
é[crête] mon Ennui à ta crêt[e] -é[lancée]
Ta ligne [de] crêt[e] ins[crit] ma just[en]vie
Juste pour Toi[t]
Quelques chan[sons] d’[ailes] [ma Belle] insoupçonnée
de mon [â]me a[moureuse]

à fleur de ta peau
J’hume ce [Temps] Nouveau Né
de toi[T]

de ce Monde tu portes sans [S]avoir les sables
étin[celles] de mon désert



Ta ligne s’arc[que]boute au ciel gris[onnant] de l’Ombre
vacillante le sais-tu - Déjà je te Sais - Déjà je jette à la nuit notre Si b[ailes] Histoire]
Le Sais-tu Toi
le sais - Tu qui laisse[s] le Ciel[e] doux
flirter avec tes seins

J’aime l’O[deur] de tes heures
de tes Minutes De tes secondes de tes infimes [Mor]ceaux de temps
de ta Sueur qui perle et qui vibre
J’aime l’Odeur qui ruisselle et se perd
à mon [rê][ve] animal

Les anges viendront pour toi
douce [Aile] Ma lente et fière En[Vie] de [Ta] vie
Les anges te feront [Cha]pelle où le poète en[Fin] Ose l’[a]mour
Cou[leurs] Lignes [et] Jets de [rêves] Belle En[dormie]
Muse [Ma]Muse lais[se] en [tOi] se [G]lisser   
l’Et[range] t[H]é de la saveur Ex[quise]

 

 

II

Tes A[iles] me délivrent des basses E|rrances]
et des lentes [At]tentes
Belle [J’]aime tes yeux As[sis]
aux Marches du pa[lais]
de ma De[meure] si crain[tive] en sa Vie

 

III

 

Saisie du Temps. Plier l'heure à la Né(ce)[ssité] de Toi

S'en[Fin] (Ve)Nir le doux [é]CheV(eau) de ton (S)e[Xe] ma Dou[Ce] et Pro(che) [A]p(procHe)

de Vie

Lente à [Ve]nir â[me] filante des S[ens]

Mon [Co]eur [it]inéraire d'A[Mour]

J'aime ta Nuit L[ente] et tu ne sais pas que les étoiles M'[en] ont donné Pou[voir]

 

IV

 

Et je ne t'[Ai] pas dit en[Core]

l'E[trange] souri(re) des [Mo]rts Ils s[Ont] ain(Si) Â[mes] Pau(vres) du [C]iel

et [Toi]Ma[Dou]ce(LenTeà[Venir]

à Ve(nir)

 

et [Ne]Crains Pas le C[iel] A[bsent] de tes R[ëves] Il te [S(a)it] ma  C[Hatte] Lumi[ère]

des Herb(es) [Fo]lles de cet éT Ve[nu](e) Ton Coeur

 

 

V

 

Je te suis si simplement enfuie de toutes choses romantiques

Et [Nouv]Elles

Que le [Tant] Aimé de mes jours 

de Toi

[S'(est)] Len[te(Ment) éparpill(é)] au [F(il) in(Certain)] de tes Si(Lences) en[Doul(eurs)]

(si) Nai[Ssantes]

 

 

 

 

 


 

Tag(s) : #Nouveaux papiers

Partager cet article

Repost 0