Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  

Dés la réouverture du musée au public, une belle exposition d'un  très jeune artiste a été présenté. Elle a tenu l'affiche de nombreuses semaines. Plusieurs mois. 

La fréquentation fut à hauteur. Le Conservateur est heureux, et sans doute plus encore son directeur chargé des expositions artistiques. C'est lui qui programme les rendez-vous avec l'art contemporain.

Les musées n'ont pas vocation à l'art contemporain. Sauf les musées d'art contemporain. Bien sur. Il y a aussi les musées d'art moderne. Celui qui n'est plus contemporain mais qui le regrette.

Cette belle exposition. De très grandes toiles. Certaines investissaient entièrement des très longues cimaises. Un parcours pour le visiteur. Un chemin d'initiation. Un sentier bruissant. Une partition sonore très élaborée caressait l'ouie du cheminot de l'acrylique. Car c'est bien d'acrylique dont le jeune peintre usait.

Pour fixer le temps en l'instant. Clicher la vie. la mort. Le sexe. Le rien. L'art en somme. ∫ ou ∑ les mathématiques ont dans leur vocabulaire ces magnifiques signes d'opérations. Calcul différentiel. Primitives. Intégrales. 

La limite tend vers zéro quand l'oeuvre flirte avec ∞ le petit infini. Sublime graphisme. Le Tout. Le Rien. Ailleurs.

Là est l'art. Ailleurs.

 

C'est bien cela qu'il voulait dire, notre jeune plasticien. Haut en couleurs. En traits. En formes et en jolies femmes. L'art est mondanités. Flirt. Tentation de la dérive. Petits pas vers l' ∞  Parfois.

Flirter avec Dieu n'est jamais tranquille. Tu le sais bien, Berthe.

 

Tu as su aimer au-delà de ton temps. Aimer celui que tu savais. Celui qui allait être. Celui qui viendrait. Lui.

Oui, Lui. Toi, t'es Elle. Lui, c'est l'archéologue. Les archéologues sont des gens si précieux. Ils écrivent l'antique tout comme ils feraient la "une" d'un quotidien du soir. Quelle merveille.

Mais le tien t'était autre. Il t'était toi. Berthe. La momie de papier. L'ambre délivrante. L' ô - delà.

 

Alors, cette peinture?.. un bonheur. De grandes fresques. De longs chemins. Quelques souffles. Quelques échos. De la vie. Des Mort(e)s. Quelques brisures, minéralement figées.

De longs traits. Des gestes surs. Les couleurs. La couleur.

La tienne.

Celle de ton ciel. Berthe.

Le ciel est bleu comme un ange. Qui passe.

Jacques. Écoutons le. Il tisse les mots de l'ange. Les mots du Tout. Les anges ont réponse à tout. Toujours. C'est le privilège des anges.

Ton ange, ma Berthe, avait le grattoir effilé. Tranchant.

Autopsiant.

Tu connais l'autopsie, Berthe?..

Déchirer la peau.

Couper.

Trancher.

Vider.

Mais il n'y a plus de sang. Les morts n'ont plus de vie.

Caillots.

Déterminer la datation de la mort. Quelques milliers d'années. Ah!

Tes synapses s'électrifient comme au jour de ta naissance! Dater ta mort...

Voilà, bien un sujet de thèse...

 

La thèse du Conservateur. Et tu seras conservée. Au froid. C'est mieux. Ma momie.

 


 


Tag(s) : #Le blog deBerthe

Partager cet article

Repost 0