Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




l’écran étroit des murs
lance la langue blanche des momies.
la vie erre
à l’angle croisé des tubulures.

L’instant murmure au temps
un gazouillis de palette abandonnée
quand l’oeuvre, enfin respire.

Les pas incertains de la lumière
marquent au ciel
un bout d’éternité.

L’ultime déchire
ouvre le livre oublié dans un coin de vie,
si longtemps après ma première blessure de mémoire.

Accroché au miroir de l’amour
l’ horizon bêle.


La nuit s’ avance.


Bientôt, le temps ultime tirera l’horizon,
et le soleil sera noir.
Bientôt, le son roulera sans fin dans la tête,
comme une boule d’éternité,
cognant sa face ronde aux murs vides.
Bientôt le blé sera mur, mais le pain oublié, deviendra roc.
Bientôt les figures s’élanceront vers le silence, hagardes, infinies,
comme un ballet de feu.
Et le monde aura fuit, lointain encore, écho sourdement rapporté qui va,
tristement et sans regrets, saluer la mort.




Michel Berthelot. 1998-99



Tag(s) : #Feuillets de l'après

Partager cet article

Repost 0